Aso San

Le mont Aso est l'une des plus grandes caldeiras contenant un volcan actif au monde ; elle a la forme d'une ellipse de 18 kilomètres sur 25, et constitue l'un des volcans les plus actifs du Japon. Son activité a débuté il y a 300 000 ans, et le volcan a pris sa forme actuelle il y a 60 000 ans. Les coulées pyroclastiques ont alors parcouru des distances de 150 kilomètres à partir du cratère, recouvrant une grande partie de l'île d'une couche de plus de deux mètres de cendres.
La caldeira contient 15 cônes volcaniques, dont un seul, le Naka-Dake (1 506 m), est actif. Ce cratère a connu 170 éruptions depuis l'an 553, les plus récentes ayant eu lieu en 1979, 1985, 1990 et 1993. Le lac vire du vert au gris, puis s'évapore complètement ; ensuite, l'éruption strombolienne survient, entrecoupée d'explosions phréatiques. Et le cycle recommence... Depuis 1980, 71 personnes ont en outre souffert des émanations de gaz, et sept d'entre elles en sont mortes.

Nous arrivons dans la caldeira d'Aso le mercredi 9 octobre ; après avoir pris possession de nos chambres dans un magnifique minshuku, dans partons immédiatement vers le sommet du Naka Dake, cratère actif de la chaîne. Hélas, la route d'accès est bloquée au pied du volcan, en raison de la présence de gaz toxiques. Après avoir attendu le coucher de soleil, nous allons tester les bains publics d'Ichinomiya. Le lendemain, nouvelle tentative ; nous franchissons le barrage du bas et atteignons en voiture le parking, situé à moins de quinze mètres du bord du cratère. Le temps d'enfiler les chaussures, et nous entendons le signal d'évacuation immédiate de la zone... Nous allons donc visiter le musée du volcan, où nous profitons du spectacle grâce à une webcam en direct du cratère, et partons faire un tour dans les parages.

De là, nous voyons d'une part un panache de vapeur vers le Nord-Est ; d'autre part, en surplomb du cratère du Naka Dake, nous distinguons des gens qui admirent le spectacle. L'après-midi, nous contournons donc le cratère et parvenons à un téléphérique, nettement moins fréquenté ; sans effort, nous voilà donc au sommet, 600 mètres plus haut, avec une vue plongeante et magnifique sur le cratère, même si nous ne voyons pas directement le lac d'acide.
Heureusement, nous serons bientôt récompensés de notre persévérance !

Aso San

L'intérieur du cratère de l'Aso est très fertile ! Un parfait cône de scories, à l'intérieur du cratère de l'Aso.
Caldeira de l'Aso Cône parfait

Le mont Aso est l'une des plus grandes caldeiras contenant un volcan actif au monde ; elle a la forme d'une ellipse de 18 kilomètres sur 25, et constitue l'un des volcans les plus actifs du Japon. Son activité a débuté il y a 300 000 ans, et le volcan a pris sa forme actuelle il y a 60 000 ans. Les coulées pyroclastiques ont alors parcouru des distances de 150 kilomètres à partir du cratère, recouvrant une grande partie de l'île d'une couche de plus de deux mètres de cendres.

Cratères éteints, dans la caldeira de l'Aso On se croirait en Auvergne.... Un autre cratère dans la caldeira
Cratères éteints Comme en Auvergne Dans la caldeira

La caldeira contient 15 cônes volcaniques, dont un seul, le Naka-Dake (1 506 m), est actif. Ce cratère a connu 170 éruptions depuis l'an 553, les plus récentes ayant eu lieu en 1979, 1985, 1990 et 1993. Le lac vire du vert au gris, puis s'évapore complètement ; ensuite, l'éruption strombolienne survient, entrecoupée d'explosions phréatiques. Et le cycle recommence... Depuis 1980, 71 personnes ont en outre souffert des émanations de gaz, et sept d'entre elles en sont mortes.

Vue vers les fumerolles du Naka Dake, au fond Coucher de soleil dans la caldeira de l'Aso
Fumerolles du Naka Dake Coucher de soleil dans la caldeira

Unzen Dake

Nous arrivons dans la caldeira d'Aso le mercredi 9 octobre ; après avoir pris possession de nos chambres dans un magnifique minshuku, dans partons immédiatement vers le sommet du Naka Dake, cratère actif de la chaîne. Hélas, la route d'accès est bloquée au pied du volcan, en raison de la présence de gaz toxiques. Après avoir attendu le coucher de soleil, nous allons tester les bains publics d'Ichinomiya. Le lendemain, nouvelle tentative ; nous franchissons le barrage du bas et atteignons en voiture le parking, situé à moins de quinze mètres du bord du cratère. Le temps d'enfiler les chaussures, et nous entendons le signal d'évacuation immédiate de la zone... Nous allons donc visiter le musée du volcan, où nous profitons du spectacle grâce à une webcam en direct du cratère, et partons faire un tour dans les parages.

Nous nous approchons du Naka Dake Paysage en surplomb du Naka Dake Flanc du Taka Dake, qui domine le Naka Dake
Approche du Naka Dake Naka Dake Flancs du Taka Dake

De là, nous voyons d'une part un panache de vapeur vers le Nord-Est ; d'autre part, en surplomb du cratère du Naka Dake, nous distinguons des gens qui admirent le spectacle. L'après-midi, nous contournons donc le cratère et parvenons à un téléphérique, nettement moins fréquenté ; sans effort, nous voilà donc au sommet, 600 mètres plus haut, avec une vue plongeante et magnifique sur le cratère, même si nous ne voyons pas directement le lac d'acide.

Heureusement, nous serons bientôt récompensés de notre persévérance !

Le cratère du Naka Dake A droite, acide sulfurique ; à gauche, vapeur d'eau...
Cratère du Naka Dake Cratère du Naka Dake
Unzen Dake

Pour afficher les photos de la page sous forme de diaporama, cliquez sur ce lien

(C) P. Leflon ; dernière mise à jour : 11/11/2002

Unzen Dake
Kuju San