Unzen Dake


L'activité du Unzen a démarré il y a 500 000 ans ; elle est caractérisée par un dôme de lave visqueuse, qui s'élève progressivement sur des pentes très raides, des éboulements de lave et des coulées pyroclastiques, initiées lorsque ces éboulements libèrent la pression du magma. C'est une de ces nuées ardentes, au cours de l'éruption du 3 juin 1991 qui a coûté la vie à Katia et Maurice Kraft, ainsi qu'à Harry Glicken et 40 autres personnes.

En 1792, un mois après la fin de l'épanchement de lave, tout un flanc du volcan s'est effondré sur les quartiers Sud de la ville de Shimabara, 6.5 kilomètres plus loin, en tuant 9 528 personnes, puis a pénétré dans la mer, causant un gigantesque raz de marée. En tout, 14 524 personnes périrent lors de cette éruption.

Le Fugen Dake, et le passage des nuées ardentes Vue vers le Fugen Dake Ouvrages destinés à contenir les lahars
Le Fugen Dake Le Fugen Dake Ouvrages anti-lahars

La ville de Shimabara est aujourd'hui habitée par 45 000 personnes, et son centre se trouve à moins de six kilomètres du sommet. Les nuées ardentes de 1991 ont franchi à 200 km/h une distance de 5.5 kilomètres ; elles ont détruit 390 maisons de la ville et tué 43 personnes. En outre, les matériaux libérés lors des éruptions constituent lors de la saison des pluies de gigantesques coulées de boue ou lahars, qui ont détruit 1 300 maisons entre août 1992 et juillet 1993. D'énormes ouvrages de protection contre ces lahars sont construits ou en cours de construction ; ils paraissent néanmoins dérisoires, face à la puissance du volcan !


Aller à la page précédente

Notre ferry est arrivé à Moji le lundi 7 octobre, en provenance d'Osaka. Nous avons pris la route de Shimabara, où nous sommes arrivés à midi. Le temps de visiter le château et de déjeuner, et nous prenons la direction du village d'Unzen, où nous dormons dans un minshuku, premier contact avec l'accueil et la cuisine japonais.

Couloir d'avalanche, vers Shimabara... Limite de la zone autorisée, au pied du dôme de lave Le dôme de lave, abrupt et instable
Couloir d'avalanche vers Shimabara Au pied du dôme Le dôme de l'Unzen

Le lendemain, nous nous attaquons au sommet du Fugen Dake (1 359 m), ce qui représente à peu près 600 mètres de dénivelé. L'air est humide et la température modérée. Nous atteignons la limite extrême autorisée, au pied du dôme où nous apercevons des fumerolles. Outre que nous sommes au Japon et qu'on ne plaisante apparemment pas avec les règlements, la montée sur le dôme apparaît dangereuse en raison de la pente très forte et les blocs instables qui la parsèment. Et puis, nous avons encore besoin de nos semelles pour les jours suivants !

  Fumerolles, au sommet du dôme Fumerolles, au sommet du dôme
  Le dôme de l'Unzen Le dôme de l'Unzen

En redescendant, nous allons voir de près les solfatares dans le village de Unzen, avec les piquages géothermiques qui ont fait la richesse de cette station thermale. Puis, nous passons à Shimabara voir des maisons victimes des lahars et visiter le très intéressant mémorial du désastre du Mont Unzen, et longeons le flanc du volcan pour regarder les ouvrages de protection.

Source bouillante Source très minéralisée... Bulle de boue
Source bouillante Source (très) minéralisée Bulle de boue

Le mercredi 9 octobre, nous refaisons le même circuit, mais avec le soleil, avant de prendre le ferry à Shimabara, en direction de Kumamoto.


Aller à la page précédente
Pour afficher les photos de la page sous forme de diaporama, cliquez sur ce lien
(C) P. Leflon ; dernière mise à jour : 11/11/2002