Mercredi 2 janvier 2002


Départ en convoi à 3h45 pour Abou Simbel, à 280 kms au Sud, à la frontière avec le Soudan. Une longue procession de 54 bus, de minibus et de voitures se regroupent à Assouan. A l'heure du départ, un militaire montre à bord de chaque bus ; sous escorte, nous pouvons partir. Les chauffeurs se livrent à une course effrénée sur une route déserte, et nous amènent à destination à 7h15.

Après les formalités d'accès et les classiques détecteurs de métaux, nous pouvons visiter les superbes temples édifiés entre 1290 et 1224 avant JC, à la gloire de Ramses II et de son épouse Nefertari. Lors de leur redécouverte en 1813, seule une tête de colosse émergeait encore du sable ; ces deux temples ont été déplacés au prix d'un chantier gigantesque entre 1964 et 1968, à la mise en eau du barrage Nasser.

Par rapport aux indications figurant dans les guides, nous avons la chance de faire une visite sans la foule (nous pouvons sans problème entrer et réentrer dans les monuments pour visiter chaque salle), et avec une température tout à fait supportable. Ces monuments sont très impressionnants, et en particulier les célèbres statues colossales de Ramses qui les gardent, avec plus de 20 mètres de haut.

L'un des colosses de Ramses II, qui nous domine de plus de 20 mètres Le grand temple ; le site a été déménagé entre 1964 et 1968 Le temple d'Hathor, avec deux statues de Nefertari
Colosse de Ramses II Grand temple d'Abou Simbel Temple d'Hathor

Nous prenons l'avion pour le Caire, où nous prenons possession de l'hotel Siag ; 400 chambres dans cet ancien 5* aujourd'hui déclassé à 4 * (peut-être en raison du manque d'entretien des sanitaires ?), et quasiment désert. Les commerçants de la galerie marchande confirmeront le manque désastreux de touristes, en particulier américains, britanniques et allemands, depuis les attentats de l'automne. Notre chambre au 9ème étage offre une vue directe sur les pyramides, toutes proches, et la sonorisation grâce à une mosquée voisine, équipée de puissants hauts parleurs.


Le site de Gizeh, vue depuis notre chambre

Site de Gizeh

Dès le coucher du soleil, nous partons assister au spectacle son et lumière, sur le plateau de Gizzeh. Là aussi, assistance clairsemée de moins de 100 personnes dans un lieu prévu pour 1000, cette désaffectaion étant peut-être aggravée par un temps un peu frisquet qui a fait l'affaire des loueurs de couvertures.

Aller à la page précédente Revenir en haut de la page Aller à la page suivante

Jeudi 3 janvier 2002

Lever à 6h30, pour la visite des pyramides ; un policier touristique nous accompagne en permanence depuis notre arrivée au Caire.

Nous visitons selon les goûts de chacun les pyramides de Kheops et Khephren, ainsi que le site du Sphynx. Certains optent pour la visite de la barque solaire. Deterré en 1954 du pied de la pyramide de Kheops, cette barque de 43m de long et 8m de haut, destinée à emporter le roi dans l'autre monde, est sans doute le plus ancien vaisseau de bois qui existe au monde. D'autres, non claustrophobes, optent pour la visite de l'intérieur de la pyramide de Khephren, ouverte ce jour au titre du roulement en vigueur sur le site.

La pyramide de Kheops La pyramide de Khepren Le sphinx
Pyramide de Kheops Pyramide de Khepren Le sphinx

Après un déjeuner au bord du Nil, nous repartons pour une visite optionnelle du musée de Memphis, où il ne reste que quelques statues dont une colossale de Ramses II, couchée.

Nous poursuivons par Saqqarah, avec sa remarquable pyramide à degrés de Djoser, construite en 2700 avant JC par Imhotep et précurseur des pyramides de Gizzeh, et le très intéressant tombant d'Akhouthotep, notable de l'époque. Ce tombeau est riche de décorations illustrant la vie quotidienne et les pratiques de l'époque.


La pyramide à degrés de Djoser

Pyramide à degrés de Djoser
Aller à la page précédente Revenir en haut de la page Aller à la page suivante

Vendredi 4 janvier 2002

Après une semaine de résistance méritoire, je succombe à la tourista...

Je ne profite donc que peu de la visite du musée du Caire, où Oda nous guide de l'Ancien Empire au Nouvel Empire, en contournant l'Empire Intermédiaire. Un coup d'oeil rapide pour ma part dans la salle de Toutankhamon, mais je n'ai vraiment pas envie d'aller visiter en option la salle des momies, pourtant recommandée. En sortant, nous faisons étape dans un magasin de papyrus, qui tirera profit de notre passage. L'après-midi est libre, dans le souk. Une foule imposante y fait affaire ; seule l'entrée du souk semble destinée aux touristes. Au fond, on y vend vraiment de tout, depuis la bassine en plastique jusqu'au lot de trois bouteilles de shammpoing.

Aller à la page précédente Revenir en haut de la page Aller à la page suivante

Samedi 5 janvier 2002

Une grasse matinée très bienvenue précèdera le départ pour l'aéroport, et les retrouvailles avec Lotus Air... Nous "admirons" pleinement les joies de la circulation en Egypte : suite aux bouchons sur l'autoroute menant à l'aéroport, de nombreux conducteurs font demi tour... Personne ne s'en offusque, et les autres voitures se serrent pour leur permettre de s'immiscer à contre sens dans le flot d'une circulation pourtant dense. Certains cyclistes suivent cet exemple, en portant sur la tête une pile de pains de plus d'un mètre... Mieux vaut vraiment se faire conduire par un expert habitué à ces moeurs !

Aller à la page précédente Revenir en haut de la page Aller à la page suivante
Pour afficher les photos de la page sous forme de diaporama, cliquez sur ce lien
(C) P. Leflon ; dernière mise à jour : 01/05/2007