Mardi 4 septembre 2001

Grasse matinée pour cette journée calme... Nous démarrons vers 8h, en rejoignant un des oueds qui alimentent l'azib, et en le suivant vers le Sud. Le chemin serpente dans une vallée caillouteuse, initialement encaissée et de plus en plus dégagée. Vers le sommet, nous attaquons ses flancs pour rejoindre Tizi n'Ouraï, à 3109m. Un vent puissant et quelques nuages nous y accueillent. Nous découvrons le Toubkal, but de la randonnée ; Abdul me montre le Siroua, que j'avais parcouru dans une randonnée précédente.

1300m plus bas, nous distinguons un oued verdoyant, vers lequel nous descendons. Le terrain devient sableux et réverbère le soleil ; il fait chaud ! Nous rejoignons un premier village, dont nous traversons les terrasses de maïs, ombragées par les noyers. Changement de vallée, pour rejoindre la vallée du Tanzar, et nous atteignons Amsouzart à 13h, pour un séjour chez l'habitant. Nous nous installons sur la terrasse du premier étage, au dessus de la basse-cour. A l'étage supérieur, les deux canadiens qui parcourent le même itinéraire nous rejoindront, ainsi que trois autres randonneurs. Après la sieste à l'ombre - il fait 42° au soleil, nous allons faire un tour le long de l'oued, copieusement irrigué avec des cultures verdoyantes.

Dénivelé positif : 540m ; descente : 1250 m ; 4h30 de marche. Bivouac : 1820m

Mercredi 5 septembre 2001

Petite journée au programme, avec un dénivelé de 650m. Nous quittons le village d'Amsouzart vers le Nord Ouest par une large piste suivant l'oued, en direction du lac d'Ifni. Nous traversons plusieurs villages, avec de nombreux jardins, des noyers, des pêchers. Après un arrêt-bistro au café du Toubkal (toutes les habitations avant la montée, qui marque la réentrée dans le parc du Toubkal, semblent être ici des cafés, des gîtes ou des campings), nous nous attaquons à un mur d'éboulis qui bouche toute vue.

Atteignant le sommet par un large chemin en lacets (ou ses raccourcis), nous dominons enfin le lac d'Ifni (2300m), paraît-il le seul lac du massif et le plus profond du Maroc. Cent mètres de descente assez raide, et nous rejoignons ses rives, où quelques pêcheurs se livrent à leur activité favorite. Il est à peine midi, et nous avons atteint l'étape prévue. Ceci nous laisse largement le temps à Anne et moi pour une bonne baignade - plus de vingt minutes - dans une eau qui paraît fraîche la première minute, mais tellement agréable ensuite... Toute fatigue est oubliée. Alors, après le pique-nique, nous repartons pour un bivouac plus haut et plus sauvage. Nous nous dirigeons donc vers le Tizi n'Ouanoums, qui nous domine à 3700m au bout d'une gorge escarpée. Vers 16h30, nous plantons les tentes dans ces gorges, à 2800m d'altitude ; nous retrouvons les deux randonneurs canadiens et leur guide-muletier-cuisinier, ainsi que les deux jeunes parisiens autonomes, mais sans bouteille de gaz adaptée à leur réchaud. Le bruit des pierres qui dévalent les parois détachées par les chèvres, à flanc des gorges, est très impressionnant.

Dénivelé positif : 1220m ; descente : 240 m ; 6h de marche. Bivouac : 2800m

Mardi 4 septembre 2001


Grasse matinée pour cette journée calme... Nous démarrons vers 8h, en rejoignant un des oueds qui alimentent l'azib, et en le suivant vers le Sud. Le chemin serpente dans une vallée caillouteuse, initialement encaissée et de plus en plus dégagée. Vers le sommet, nous attaquons ses flancs pour rejoindre Tizi n'Ouraï, à 3109m. Un vent puissant et quelques nuages nous y accueillent. Nous découvrons le Toubkal, but de la randonnée ; Abdul me montre le Siroua, que j'avais parcouru dans une randonnée précédente.

Oued Entre Azib Likemt et Tizi n'Ouraï ; la vallée s'ouvre Vue arrière depuis le Tizi n'Ouraï
Oued Entre Azib Likemt et Tizi n'Ouraï Vue depuis le Tizi n'Ouraï

1300m plus bas, nous distinguons un oued verdoyant, vers lequel nous descendons. Le terrain devient sableux et réverbère le soleil ; il fait chaud ! Nous rejoignons un premier village, dont nous traversons les terrasses de maïs, ombragées par les noyers. Changement de vallée, pour rejoindre la vallée du Tanzar, et nous atteignons Amsouzart à 13h, pour un séjour chez l'habitant. Nous nous installons sur la terrasse du premier étage, au dessus de la basse-cour. A l'étage supérieur, les deux canadiens qui parcourent le même itinéraire nous rejoindront, ainsi que trois autres randonneurs. Après la sieste à l'ombre - il fait 42° au soleil, nous allons faire un tour le long de l'oued, copieusement irrigué avec des cultures verdoyantes.

En face, le Toubkal... Nous descendons vers la verdoyante vallée du Tinzar Entrée dans le village d'Amsouzart
En face, le Toubkal... Descente vers la vallée du Tinzar Village d'Amsouzart

Dénivelé positif : 540m ; descente : 1250 m ; 4h30 de marche. Bivouac : 1820m

Mercredi 5 septembre 2001


Petite journée au programme, avec un dénivelé de 650m. Nous quittons le village d'Amsouzart vers le Nord Ouest par une large piste suivant l'oued, en direction du lac d'Ifni. Nous traversons plusieurs villages, avec de nombreux jardins, des noyers, des pêchers. Après un arrêt-bistro au café du Toubkal (toutes les habitations avant la montée, qui marque la réentrée dans le parc du Toubkal, semblent être ici des cafés, des gîtes ou des campings), nous nous attaquons à un mur d'éboulis qui bouche toute vue.

Regard en arrière sur Amsouzart ; le soleil n'est pas encore levé Dernier village avant la montée vers Ifni et le Tizi n'Ouanoums Nous grimpons sur le mur d'éboulis qui bloque la vallée
Amsouzart Village dans la montée Mur d'éboulis sous le lac d'Ifni

Atteignant le sommet par un large chemin en lacets (ou ses raccourcis), nous dominons enfin le lac d'Ifni (2300m), paraît-il le seul lac du massif et le plus profond du Maroc. Cent mètres de descente assez raide, et nous rejoignons ses rives, où quelques pêcheurs se livrent à leur activité favorite. Il est à peine midi, et nous avons atteint l'étape prévue. Ceci nous laisse largement le temps à Anne et moi pour une bonne baignade - plus de vingt minutes - dans une eau qui paraît fraîche la première minute, mais tellement agréable ensuite... Toute fatigue est oubliée. Alors, après le pique-nique, nous repartons pour un bivouac plus haut et plus sauvage. Nous nous dirigeons donc vers le Tizi n'Ouanoums, qui nous domine à 3700m au bout d'une gorge escarpée. Vers 16h30, nous plantons les tentes dans ces gorges, à 2800m d'altitude ; nous retrouvons les deux randonneurs canadiens et leur guide-muletier-cuisinier, ainsi que les deux jeunes parisiens autonomes, mais sans bouteille de gaz adaptée à leur réchaud. Le bruit des pierres qui dévalent les parois détachées par les chèvres, à flanc des gorges, est très impressionnant.

De l'autre côté des éboulis apparaît le lac d'Ifni Nous quittons le lac d'Ifni vers le Tizi n'Ouanoums Bivouac dans les gorges, au pied du Tizi n'Ouanoums
Lac d'Ifni Lac d'Ifni Bivouac au pied du Tizi n'Ouanoums

Dénivelé positif : 1220m ; descente : 240 m ; 6h de marche. Bivouac : 2800m

Imlil à Azib Likemt
Revenir en haut de la page Sommet du Toubkal

Pour afficher les photos de la page sous forme de diaporama, cliquez sur ce lien

(C) P. Leflon ; dernière mise à jour : 21/09/2001

Imlil à Azib Likemt
Sommet du Toubkal