Jeudi 13 avril 2000

Après une nouvelle nuit à Göreme, et une visite éclair des caves vinicoles d'Urgup, nous partons de Cavusin pour visiter la vallée des fées, zone plantée de champignons gigantesques que constituent les cheminées de fées.

A l'issue de cette balade, les plus intrépides pourront s'enfoncer dans un réseau de passages plus ou moins aménagés. Certains en profiteront également pour essayer les costumes locaux, et notamment les pantalons cousus au niveau des genoux.

Ensuite, départ en bus pour la chaîne du Taurus, au sud Est de la Cappadoce. Cette chaîne de montagnes est l'une des plus grandes du monde. Elle comprend des sommets qui atteignent 3756m, comme le Demirkasik au pied duquel nous nous dirigeons. Après le déjeuner pris chez un habitant du village de Cukurbag, nous partons rejoindre notre campement.

Il fait un vent dépassant les 100km/h, qui met rapidement à égalité ceux qui, persuadés que le Turquie était un pays chaud, avaient axé leurs bagages sur les protections contre le soleil et ceux dont les capes de pluie partent en lambeaux dès leur sortie du sac pendant les grains. Le ciel est impressionnant, et les nuages semblent tourner autour de nous. A l'issue d'une courte marche, qui nous permet de voir un campement de bergers semi-nomades, nous arrivons au campement pour constater que la tente mess s'est abattue sous l'effet d'une bourrasque.

Après la photo de groupe, nous reprenons donc en bus la direction de Cukurbag, où nous dînerons et passerons la soirée à découvrir de nouveaux jeux de cartes, dont le pichti, à nous laisser entraîner ou à tenter de percer certains tours de magie, ou encore à nous délier de ficelles inextricables. Malgré l'équipement de la maison, pas de soirée télé car l'électricité est absente, probablement en raison de la tempête ; par contre, la musique est au rendez-vous, Olivier ayant préférer transporter un lecteur de CD, des haut-parleurs et un stock de vieilles piles, plutôt que des chaussures de marche dignes de ce nom.

Jeudi 13 avril 2000

Après une nouvelle nuit à Göreme, et une visite éclair des caves vinicoles d'Urgup, nous partons de Cavusin pour visiter la vallée des fées, zone plantée de champignons gigantesques que constituent les cheminées de fées.

Cavusin : cheminées de fée Cavusin : cheminées de fée Cavusin : vue générale
Cheminées de fées Cheminées de fées Site de Cavusin
Fleur sur le chemin Cavusin : cheminées de fées Cavusin : cheminées de fées Vue sur la vallée des fées
Lys Cheminées de fées Cheminées de fées Vallée des fées

A l'issue de cette balade, les plus intrépides pourront s'enfoncer dans un réseau de passages plus ou moins aménagés. Certains en profiteront également pour essayer les costumes locaux, et notamment les pantalons cousus au niveau des genoux.

Visite d'une église ; les marches sont larges Visite un peu plus périlleuse.... Ouh là là ; il y a un peu moins de monde que dans l'église en face.... Essayage couleur locale
Visite d'une église Les ramoneurs Montée dans la cheminée Salon d'essayage

Ensuite, départ en bus pour la chaîne du Taurus, au sud Est de la Cappadoce. Cette chaîne de montagnes est l'une des plus grandes du monde. Elle comprend des sommets qui atteignent 3756m, comme le Demirkasik au pied duquel nous nous dirigeons. Après le déjeuner pris chez un habitant du village de Cukurbag, nous partons rejoindre notre campement.

Le ciel est noir, le vent est violent, et la pluie tombe en rafales Campement de bergers semi-nomades Une éclaircie permet de photographier le paysage
Orage sur Cukurbag Campement de bergers Au dessus de Cukurbag

Il fait un vent dépassant les 100km/h, qui met rapidement à égalité ceux qui, persuadés que le Turquie était un pays chaud, avaient axé leurs bagages sur les protections contre le soleil et ceux dont les capes de pluie partent en lambeaux dès leur sortie du sac pendant les grains. Le ciel est impressionnant, et les nuages semblent tourner autour de nous. A l'issue d'une courte marche, qui nous permet de voir un campement de bergers semi-nomades, nous arrivons au campement pour constater que la tente mess s'est abattue sous l'effet d'une bourrasque.

C'était la tente mess.... Photo de groupe (à peine truquée)
Restes de la tente mess Photo de groupe

Après la photo de groupe, nous reprenons donc en bus la direction de Cukurbag, où nous dînerons et passerons la soirée à découvrir de nouveaux jeux de cartes, dont le pichti, à nous laisser entraîner ou à tenter de percer certains tours de magie, ou encore à nous délier de ficelles inextricables. Malgré l'équipement de la maison, pas de soirée télé car l'électricité est absente, probablement en raison de la tempête ; par contre, la musique est au rendez-vous, Olivier ayant préférer transporter un lecteur de CD, des haut-parleurs et un stock de vieilles piles, plutôt que des chaussures de marche dignes de ce nom.

Delphine et Kenan vont-ils réussir à se libérer ? Lucienne attend son tour avec angoisse
Jeu de ficelles Jeu de ficelles
Uchisar Revenir en haut de la page Au pied du Demirkasik

Pour afficher les photos de la page sous forme de diaporama, cliquez sur ce lien

(C) P. Leflon ; dernière mise à jour : 08/06/2001

Uchisar
Au pied du Demirkasik